Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PASCAL AUGER VIDÉASTE

LOU PASCALOU

Au début, les jours et les nuits passent, les orages et le beau temps, les petits matins et les après-midi d'été vus de ma fenêtre, dans une alternance monotone.

C'est dans la même idée que Pascal-san : les petits événements du quotidien s'enchaînent dans une suite qui n'est pas chronologique mais qui dépend de rapports souterrains. Sans doute un sentiment de solitude et d'emballement du temps est présent dans ces images qui se succèdent, mais je suis un contemplatif et la contemplation sert à freiner ce rythme terrible.

Roch qui me parle de Céline et des passages parisiens. J'avais déjà tourné la partie suivante qui mêle les passages, la gare du Nord et le bouillon Chartier. Non seulement ce film n'est pas chronologique mais il ne respecte pas les lieux en extrayant de chacun des éléments qui les dépassent pour faire de Paris ce qu'elle est : une ville de verre et de métal. Je suis sensible aux terrains vague de la banlieue parisienne qui marquent le temps encore mieux que les monuments de la ville, aux immigrés qui nomadisent, aux ruelles mystérieuses.

Cette année-là j'avais retrouvé par hasard Eric Alliez qui donnait une conférence à Prague. On s'était connu à Henri IV et retrouvé à la fac de Paris 8. Bon, j'avais surtout retenu l’irruption involontaire de ses fonds d'écran pendant qu'il parlait d'art, de Matisse et du jeune Levinas. Il avait fait une vraie carrière de philosophe, très sérieux. À Prague je flânais en filmant, à travers les passages et les ruelles pour les piétons qui croisent les grands axes de la ville en formant un réseau indépendant. C'est comme deux villes superposées, celle du temps qui passe comme les voitures sur les avenues qui vont quelque part, et celle des traverses tortueuses où on se perd.

En 2007 je suis allé en Espagne pour tourner un document sur José Manuel López López. On avait choisi de s'installer dans un champ où les taureaux pour la corrida paissaient au loin, histoire de montrer et de vivre une fois de plus que la vie d'artiste c'est pas facile. Ce sera José Manuel López López Je resterai chez lui quelques jours puis j'irai filmer des maisons blanches en Andalousie.

Puis Paris, le boulot, les collègues, mais ne pas finir là-dessus.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article